Histoire de la SIDPE

 

La Société qui regroupe exclusivement les ingénieurs à qui les autorités universitaires françaises ont décerné la qualité d'Ingénieur Diplômé par l'État, a été déclarée le 3 avril 1937 (J.O. du 29 avril 1937, p. 4815), à la Préfecture de Police de Paris, sous le nom de Société des Ingénieurs Diplômés, par René DUSSOURT, assisté par Henri GONTIER, René de GROOTE, René LAFEUILLE, Robert MARIOT, Jean NICLOT, tous appartenant à la première Promotion -1936.

Elle a été enregistrée sous le matricule 174693.

Elle a aussitôt trouvé auprès des autorités de tutelle : au C.N.A.M. d'abord, aux Secrétariats d'État auprès du Ministre de l'Éducation Nationale ayant la charge des Enseignements Supérieurs ensuite, un accueil des plus bienveillants.

En 1939, le Directeur du C.N.A.M. accepte que la Société y transfère son siège social. Les événements liés aux hostilités retardent cette notification auprès du préfet de police qui n'enregistre ce changement que le 23 juillet 1946 (J.O. du 8 août 1946, p. 7060) René de Groote assumant les fonctions de président.

Hormis les modifications apportées à la constitution de son bureau, aucun changement n'est intervenu à l'ensemble de ces structures et ce, jusqu'à l'Assemblée Générale Statutaire du 4 décembre 1976 réunie, aux lendemains du décès du président Roger LELAURIN ,sous la présidence de René DUSSOURT, fondateur de la Société, après avis des vice-présidents en exercice, Roger LECOT et Raymond SCHMI1T. Cette assemblée confie à un Comité de gestion, composé de deux vice-présidents, des administrateurs sortants, Henri HUGNY et Etienne PETROVICH, de Mme Marcelle JAEGER, Gustave ESTAQUIER et Jean-Marie HACHE, outre l'administration de la Société, le soin d'actualiser les statuts et le règlement intérieur.

Le 20 janvier 1977, conformément au décret du 16 août 190 l , le Cabinet de M. le Préfet de Police notifiait au président Roger LECOT que les modifications apportées à l' administration de la Société, étaient constatées sans préjuger en quoi que ce soit leur légalité et lui attribuait le numéro d'association 4780 P.

Il était alors permis de reprendre les liaisons normales avec l'ensemble des sociétaires au nombre de 554, sur un total de 909 diplômes délivrés.  

Sur le plan national, le caractère représentatif de la SIDPE apparaissait en clair, elle était en droit de se considérer "en interlocuteur valable" 59,74% des ingénieurs D.PE. lui ayant manifesté un certain intérêt et une certaine confiance en adhérant à ses statuts, donc aux buts dont ses administrateurs l'avaient dotée.

A l'appel du Comité, des Commissions, auxquelles participaient Robert CHEVALIER, Paul COURTOU, Georges FERAULT, Jean-Marie HACHE, Serge L'HERMI1TE, Albert MARGOSSIAN, proposèrent les modifications à apporter aux textes réglementaires dans le cadre des recommandations faites lors de l'Assemblée Générale.

De plus, elles arrêtèrent les premières délégations régionales qui furent confiées à Cécile FINCK, Marcel ANGOT, Guy CHATILA, Gérard DUBUC, Jean ESCANDE, Jean GUEIB, Pierre JOLLY, Pierre LUCEAU, Pierre MICOUD, Philippe PARISSAUX, René RAMOND, Jean RICCARDI.

Elles firent prendre conscience aux sociétaires que, tout en assumant son rôle de groupement amical, la Société se dédoublait en acceptant d'une part, le contrôle et la surveillance des différentes opérations qui présidaient à la délivrance du titre, et d'autre part, en assurant à l'extérieur, le renom avec la protection de ce titre.

En ce qui concernait la forme du nouvel examen, décrets, arrêtés et circulaires ne s'en préoccupant guère, elles sont intervenues par la voie du président, auprès des autorités de tutelle. De ces entretiens, une circulaire est née, qui a été diffusée le 5 juillet 1977 sous la référence DESUP/15/G.S.lMJ.MJN°809. Cette circulaire a le mérite de clarifier certaines ambiguïtés présentées par les textes initiaux et tient compte de l'argumentation énoncée par les Commissions notamment sur le "profil" que doit présenter tout postulant au diplôme d'ingénieur D.P.E., le terme "Ingénieur" devant rester indépendant de la notion de "cadre" et les spécialités retenues n'étant pas une partie minimum d'une discipline relevant de l'art de l'ingénieur, mais un aspect de celle-ci, le distinguo devant être fait entre la grille des spécialités et la grille des fonctions. Il appartenait à l'Assemblée Générale Extraordinaire du 22 octobre 1977, d'avaliser les nouveaux textes statutaires et le changement apporté au titre de la Société qui devient "Société des Ingénieurs Diplômés par l'État" -D.P.E. -(SIDPE) -(J.O. du 25 nov.1977, p. 7847 ). 

 

Les diplômés de la SIDPE

 

La SIDPE a enregistré la 76ème promotion de 2011, ce qui porte le nombre à 3 829 ingénieurs diplômés.

D'où sont-ils issus ? Leur formation initiale est des plus éclectique, l'ingénieur d'école, l'universitaire de différents niveaux, du D.E.S. au doctorat, voisinent avec l'ancien élève d'écoles professionnelles, l'ex stagiaire de l'A.F.P.A., de la formation continue et autre, et côtoient le lauréat d'une Académie du C.N.A.M. ou d'une société scientifique.

Leur dispersion territoriale est grande. On les trouve dans de nombreuses régions et villes de France métropolitaine, ainsi que dans les départements et territoires d'Outre- Mer et depuis quelques années à l'étranger dans les cinq continents.

Si l'on constate qu'une grande diversité de spécialités scientifiques et techniques préside à la délivrance de leur titre, il en est de même de leurs activités professionnelles. Nombre d'entre eux se consacrent à la recherche fondamentale ou appliquée, à des fonctions d'études, d'assistance, de conseils, d'expertise, d'enseignement scolaire ou postscolaire et de production. Les postes occupés sont également des plus divers, allant du chef d'entreprise, P.D.G., administrateur de Société, directeur d'Établissement ou professeur de l'Enseignement Supérieur à Ingénieur d'Études ou de fabrication, en passant par les professions libérales, architectes, ingénieurs, experts et les emplois des départements ministériels et des services para-publics. Notre Société s'honore de compter en son sein, des membres remplissant des fonctions électives, consulaires et officielles notamment en qualité d'expert agréé auprès des Cours d'Appel, des Tribunaux Administratifs, des instances européennes et internationales, y compris l'ONU.

En ce qui concerne la comparaison du titre d'ingénieur D.P.E. avec son homologue américain, il apparaît une certaine identité entre les conditions qui président à la délivrance du titre, celles stipulées en France par le législateur offrant une similitude avec le statut appliqué aux États-Unis qui, lui, tire sa principale condition outre du bon renom et du "standing" de la qualité d'ingénieur, de la protection de l'intérêt général.

En constatant d'une part, la grande diversité d'origine et d'attribution présentée par l'ingénieur D.P.E. et, d'autre part la conception européenne et américaine de la reconnaissance de la qualité d'ingénieur, on est en droit de dire, comme l'a écrit un périodique de la presse parisienne, qu'il possède un titre d'ingénieur unique au monde (Le Monde de l'Éducation).   
 

 

 

L'univers de la SIDPE

 

 

Œuvrant en permanence pour la défense et la notoriété du titre, la SIDPE est depuis plusieurs années présente partout où il est nécessaire.

Association reconnue d'utilité publique le 25 juillet 1997, disposant de représentations nationales et régionales, elle est l'interlocutrice du Ministère de l'Éducation Nationale et de la Jeunesse et Vie Associative ( MENJVA ) et du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la recherche ( MESR) , membre à part entière de la Fédération des Associations du CNAM et nombre de ses ingénieurs participent aux jurys d'examen.

La célébration de son soixantième anniversaire au Sénat avec la participation active du Professeur Jean-Marie LEHN, prix Nobel de Chimie 1987 a été un exemple de son dynamisme.

La SIDPE est également membre de l'IESF ( Ingénieurs et Scientifiques de France ) et participe au travers de son président et de son délégué Général aux réunions , commissions et autres groupes de travail au même titre que les Ecoles ou Association d'Ingénieurs

La SIDPE, parfaitement intégrée dans le monde des Ingénieurs Diplômés Français et Européens, continue de promouvoir le titre de ses Sociétaires, titre dont la pérennité, la diversité, le public choisi, attestent de sa nécessité.

Le diplôme permet comme les autres diplômes d'Ingénieur , de postuler aux concours externes de la fonction publique et , par exemple,  de devenir Ingénieur de Recherche en Université ou en Rectorat dans beaucoup de disciplines.